Vous avez trouvé le logement de vos rêves et votre dossier a été accepté ! Ne reste qu’à vous occuper des formalités, notamment l’obtention d’un crédit et l’assurance qui va avec. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la garantie perte d’emploi afin de décider si vous voulez y souscrire.

Qu’est-ce que la garantie perte d’emploi ?

Facultative, la garantie perte d’emploi est une option que vous pouvez décider de souscrire au moment où vous signez un prêt immobilier. Elle coûte généralement entre 0,15 % et 0,55 % de la somme empruntée. Comme son nom l’indique, elle vous permet d’être couvert si vous perdez votre emploi : une partie des mensualités sera prise en charge par l’assurance. Seule la perte d’emploi involontaire est couverte : si vous démissionnez ou même signez une rupture conventionnelle avec votre employeur, la garantie n’entrera pas en jeu, pas plus que si vous êtes licencié pour faute. Une fois votre licenciement effectif, vous devrez fournir à votre assureur votre contrat de travail, la lettre de licenciement, et l’attestation destinée à Pôle emploi.

Qui est concerné par la garantie perte d’emploi ?

Même si vous le souhaitez, au moment de souscrire une assurance pour votre prêt immobilier, vous ne pourrez pas forcément opter pour la garantie perte d’emploi. Il existe en effet plusieurs restrictions : être en CDI et avoir un minimum d’ancienneté dans son entreprise (en général entre 6 et 12 mois). Les travailleurs indépendants, artisans, commerçants, etc. ne sont pas éligibles. Quant aux personnes en CDD, il existe des dispositions particulières : elles doivent avoir travaillé à temps complet au moins 90 jours et avoir signé un CDI avant leur licenciement. Il existe aussi une limite d’âge (généralement entre 50 et 65 ans selon les compagnies) au-delà de laquelle les assureurs ne vous laisseront pas souscrire cette garantie.

Montant et durée de l’indemnisation

Il existe plusieurs éléments auxquels vous devez prêter attention au moment de souscrire une garantie perte d’emploi, à commencer par le montant de l’indemnisation. Il est rarement égal à 100 % des sommes à rembourser : il se situe entre 30 % et 80 % selon les contrats, ce qui signifie que même si vous êtes au chômage et couvert par cette garantie, vous aurez toujours une partie des mensualités à payer. Ensuite, il existe un délai de carence au cours duquel l’assurance n’entre pas en jeu. Enfin, attention à la durée de votre période sans emploi : la garantie ne prendra en charge les mensualités que pendant un certain temps, à vérifier dans le contrat.